Autres activités

sur la piste des Amérindiens avec Marlaine - Honfleur

Un chapeau rouge sur une chevelure blonde, l'accent québécois bien accroché,
Marlaine Morin déambule avec son micro entre les chalets du marché de Noël.
Marlaine Morin vient de Chicoutimi, au Saguenay, dans le nord du Québec. Je suis céramiste et sculpteur. Je suis venue en France pour la première fois en 2001 car j'étais invitée à la foire-exposition de Limoges pour réaliser des sculptures de glace. Cela m'a bien plu et j'ai commencé à voyager entre le Québec et la France pour participer à des animations utilisant la sculpture sur glace, neige ou sable.
Diplômée du centre de céramique Bonsecours de Montréal, elle s'intéresse beaucoup aux cultures amérindiennes du Québec. Elle est à l'origine d'un échange entre des jeunes Inuits d'une école de Salluit, ville située au nord de la province de Québec, et des jeunes de l'école régionale de formation éducative à Amiens. Je travaillais sur le thème des Amérindiens quand j'ai été contactée par un organisme qui préparait un programme de francisation de jeunes Inuits et recherchait une école française. Ils sont restés dix jours en France et nous sommes venus à Villers-sur-mer car les jeunes voulaient se baigner. Nous avons rencontré les enfants des écoles de Villers et nous sommes repartis, ajoute Marlaine Morin.
Elle est revenue à Villers-sur-Mer puisqu'elle y a présidé un concours de sculptures de sable. C'est ainsi qu'elle a découvert la Côte fleurie. Marlaine Morin propose aux écoles, bibliothèques et associations une exposition sur les onze nations indiennes du Québec. C'est pour elle l'occasion d'apprendre aux enfants à faire des tipis, des capteurs de rêves, des bâtons de paroles ou des bijoux en piquant de porc-épic. Elle a aussi contribué à organiser à Villers-sur-mer une conférence sur les pôles avec l'Institut polaire Paul-Emile Victor. Elle n'a pas vraiment le temps de s'ennuyer.

Ouest-France, Honfleur, samedi 27 décembre 2008